CHRISTINE MULLER PEINTRE

    ​​ ​             Actualités...        En permanence dans mes galeries

                                                                  

                                                               Le mur de silence


                                                                                     J’ai trouvé ce matin un mur de silence

                                                                      Au milieu de nulle-part et nulle-part où aller

                                                                      J’avais le dos tourné en paroles insensées

                                                                      Et l’esprit retourné à mes interférences

                                                                      Quand je l’ai mesuré avec mon impatience

                                                                      Mes phrases comme des pierres il a accumulé

                                                                      Ma colère de ciment il a consolidé

                                                                      Plus haut il est monté avec sa peine immense

                                                                      Je me suis épuisée à en gravir le sens

                                                                      A chercher un endroit où je pourrai passer

                                                                      A creuser des serrures, en inventer les clés

                                                                      A graver une entaille où sceller une alliance

                                                                      Ce matin j’ai trouvé un mur de résistance

                                                                      Attaché à garder sa verticalité

                                                                      Mais j’ai continué à vouloir lui parler

                                                                      A obtenir de lui son nom et sa clémence


                                                                           Devant moi il y a, ce mur de silence, 

                                                                           Je ne sais plus comment est cet autre côté

                                                                           Je ne peux plus m’aider à ne pas y penser 

                                                                           Tout contre lui je glisse avec mon impuissance

                                                                           Adossée à mon mur, mon mur de silence, 

                                                                           J’attends qu’il se fissure, j’attends qu’il me rassure

                                                                           Il faut compter un temps pour que la pierre murmure 

                                                                           Deux temps pour la distance

                                                                           Quatre temps pour une danse