CHRISTINE MULLER PEINTRE

    ​​ ​             Actualités...        En permanence dans mes galeries


                                    Frisson 

                                      

                                      Elle est contre son dos et lui contre le sien

                                       Ils ne se parlent pas, les mots n'en sont pas là

                                       Ils ne se touchent pas, leur peau n'en est pas là

                                        Mais quelque chose frissonne et déjà s'abandonne

                                         Il va chercher sa main pour y emplir la sienne

                                       Elle va trouver son cou pour y blottir le sien

                                       Il est contre son dos, elle est dans ses cheveux

                                         Et voilà qu'ils se tournent et se regarde enfin

                                         Les mots n'ont plus de sens, plus d'endroit où se dire

                                           Leurs mains sont déliées et voyagent pour eux

                                          Ses seins sont des volcans et sa peau est brûlante

                                          De s'être consumée jusqu'au dernier frisson...